L'épizootie de grippe aviaire a déjà touché une dizaine de pays d'Asie avec 92 cas humains et 52 décès recensés depuis 2003. Si l'épidémie a principalement concerné le Vietnam rien ne permet d'exclure l'hypothèse d'une pandémie mondiale. Face à cette menace virtuelle, l'OMS a appelé tous ses pays membres à unir leurs efforts.

Le risque de pandémie est lié à l'apparition d'un nouveau virus de la grippe avec infection humaine et qui ne pourrait être couvert par les vaccins actuels. Actuellement, la transmission du virus de la grippe aviaire reste exceptionnelle. Le danger potentiel provient de la cohabitation des 2 virus grippaux aviaire et humain chez un même sujet. Elle rendrait possible des réarrangements génétiques entre ces deux virus et par conséquent l'apparition d'un nouveau virus. Celui-ci aurait à la fois la faculté de s'adapter facilement à l'homme et d'échapper à la couverture vaccinale. La très grande contagiosité de la grippe avant même l'apparition de symptômes et la mobilité de la population à l'échelle mondiale achèvent de rendre parfaitement envisageable une dissémination planétaire de l'affection avant qu'un vaccin adapté soit disponible. Les conséquences sanitaires pourraient être catastrophiques.

Des mesures de diverses nature sont donc préconisées :

 

Ø Détection et identification rapide des nouveaux virus

Ø Limiter la diffusion du virus en phase pré-pandémique avec limitation de la contagiosité inter-individuelle et mesure de contention si nécessaire

Ø Déclenchement d'une alerte sanitaire en cas de pandémie avec moyens d'information et de communication nécessaires

Ø Renforcement des moyens de protection individuelle avec un stock de 50 millions de masques filtrants (FFP2) disponibles fin 2005 (600 millions en 2007) pour les professionnels de santé. Le port de masques chirurgicaux ou d'écran en tissu sera conseillé pour la population générale

Ø Privilégier les soins à domicile à l'hospitalisation

Ø Augmentation des stocks d'antiviraux efficaces (inhibiteurs de la neuraminidase type Tamiflu). Le laboratoire Roche s'est engagé à produire 13 millions de doses, à administrer en traitement curatif précoce (dans les 48 heures après le début des signes) ou en prophylaxie post-exposition (dans les 48 heures après le contact).

Ø Appel d'offres pour la préparation de 2 millions de doses de vaccin (pré-pandémique) contre la souche actuelle de virus de la grippe aviaire (H5N1) et la réservation de 20 à 40 millions de vaccins pandémiques. Le vaccin pré-pandémique devrait être disponible dès l'hiver prochain. Il est prioritairement destiné à la protection des professionnels de santé dans la gestion des cas importés. Il pourrait même se révéler efficace dans l'hypothèse où le nouveau virus (pandémique) serait proche de la souche H5N1. La production d'un vaccin à coup sûr efficace contre le virus pandémique ne pourra intervenir qu'après isolement et identification de la souche, avec un délai évalué à 4 mois.

LNP - 06/2005 ou www.sante.gouv.fr