Les personnes atteintes de lésions médullaires incomplètes présentent généralement une récupération spontanée plus ou moins importante, et ce principalement au cours de la première année suivant la blessure. Cependant, alors que l'interrogation des patients et de leur entourage est forte concernant les possibilités de récupération, il est actuellement difficile de prédire quel patient connaîtra des progrès et l'importance de ceux-ci. De récents articles ont toutefois pu évoquer une corrélation entre les protéines du sang et celles du LCR d’une part et l’impact des lésions chez ces patients d’autre part.

Une étude dans Neurorehabilitation and Neural Repair a examiné le sujet plus en profondeur en cherchant à déterminer si les paramètres sanguins mesurés en routine (et leur évolution temporelle au cours de la première année après la blessure) pouvaient être reliés à la récupération fonctionnelle des patients avec lésion médullaire incomplète. Elle a également évalué leur valeur prédictive en termes de récupération neurologique.
L’analyse post hoc des paramètres de routine a ciblé 676 patients avec atteinte médullaire incomplète (de niveau supérieur à T10), sur les bilans sanguins prélevés à différentes échéances (entre 24 et 72 heures ainsi que 1, 2, 4, 8 et 52 semaines après la lésion médullaire).
Il en ressort que le profil temporel de la numération plaquettaire et des taux sériques d'albumine, de phosphatase alcaline et de créatinine présentait une différence significative entre les patients qui ont récupéré la marche et ceux qui sont restés en fauteuil roulant. Selon les données, les niveaux de numération plaquettaire et de phosphatase alcaline sont régulés à la hausse après la lésion, puis à la baisse 2 semaines après la blessure, avec une baisse plus prononcée chez les personnes ayant récupéré la marche.
Les 4 paramètres dans les prélèvements 8 semaines après la blessure sont apparus prédictifs d’une récupération fonctionnelle 1 an après. Enfin, l'analyse a déterminé un seuil pour l'albumine sérique à 3,7 g / dL, qui, en combinaison avec la gravité de la blessure initiale (score ASIA), distingue les personnes qui reprennent la marche de celles qui ne peuvent pas remarcher. Dans la cohorte des patients dont l'albumine était supérieure à 3,7 g / dL, environ 80 % ont récupéré la marche. Dans la cohorte présentant des taux d'albumine inférieur à 3,7 g/dL et des blessures plus graves (AIS B), moins de 20 % ont recouvré la possibilité de marcher.
Ainsi d’après cet article, des données biologiques sanguines de routine (numération plaquettaire, taux sériques d'albumine, de phosphatase alcaline et de créatinine) dà la phase post-aiguë, associées au score ASIA, peuvent aider à déterminer le pronostic fonctionnel après une lésion médullaire incomplète. Plus précisément, environ 80 % de ceux dont l'albumine était supérieure à 3,7 g / dL ont récupéré la marche dans la cohorte étudiée.
Des tentatives d'explications physiologiques ont été avancées. Ainsi les plaquettes interagissent avec différentes cellules du système neurovasculaire, contribuant de manière substantielle au processus d'inflammation dans les pathologies du système nerveux central. La phosphatase alcaline est corrélée à la fonction musculaire après lésion médullaire, et il a été démontré qu'elle favorise la neurotoxicité de la protéine tau extracellulaire, indicateur de dommages neuronaux.
Pour autant, les divers mécanismes sous-jacents expliquant l’association entre ces paramètres et la récupération de la marche ne sont pas complètement élucidés. A noter que ces résultats ne sont pas applicables à l'ensemble de la population de blessés médullaires car ont été exclus les patients présentant des lésions inférieures au niveau neurologique T9 pour éliminer un biais potentiel causé par l'innervation de la rate.
Cependant, contrairement aux techniques type analyses dérivés du LCR et méthodes d'imagerie, la chimie sanguine de routine représente une méthode de mesure, normalisée, et facilement accessible en pratique clinique, d’où son intérêt. Ces résultats sont bien sûr à confirmer et à affiner pour éviter des interprétations qui donneraient de faux espoirs aux personnes concernées ou afin d'améliorer leur prise en charge en terme de suivi nutritionnel

RÉF: Iris Leister and coll.: Routine Blood Chemistry Predicts Functional Recovery After Traumatic Spinal Cord Injury: A Post Hoc Analysis. Neurorehabil Neural Repair., 2021; 35 : 321-333.
doi: 10.1177/1545968321992328.

Archives Actualités scientifiques