Les AVC ischémiques sont des pathologies fréquentes et liées dans les pays occidentaux à des facteurs de risque bien connus tels que l'hypertension artérielle,le tabagisme, le cholestérol, le diabète, la surconsommation d'alcool, le stress, la sédentarité, la surcharge pondérale. Néanmoins dans 25 % à 30 % des cas, l’étiologie d’un AVC ischémique demeure inconnue malgré un bilan approfondi. Ils sont dits dans ce cas, cryptogéniques et ils sont plus fréquents chez les patients de moins de 50 ans.

Par ailleurs, le syndrome des antiphospholipides expose à de nombreuses complications thrombo-emboliques veineuses et artérielles. Dans ces conditions, le dosage des anticorps antiphospholides (APL) pourrait-il s’avérer utile face à un AVC ischémique supposé cryptogénique ?
C’est à cette question que s'est interessé une étude observationnelle dans laquelle ont été initialement inclus 2 947 patients victimes d’un AVC ischémique. Un dosage des anticorps antiphospholipides a été réalisé chez 606 d’entre eux (20,6 %), lequel s’est avéré positif un peu plus d’une fois sur cinq (n=129 ; 21,3 %). Cette prévalence semblait déjà importante. Mais lorsque cet examen concerne les AVC cryptogénique, on retrouve une positivité près de quatre fois plus fréquente des anticorps antiphospholipides, avec un odds ratio ajusté de 3,70. Ce résultat s’est avéré indépendant de l’âge.
Sur les 283 patients victimes d’un AVC cryptogénique, 136 (48,1 %) ont bénéficié du dosage des APL, qui est revenu positif dans 41,2 % des cas. Le taux de positivité était voisin dans les deux tranches d’âge, soit avant l’âge de 50 ans, 43,2 % versus 40,4 % au-delà (≥ 50 ans). Le profil des anticorps (Ac anti-cardiolipides et anti-B2GP1) s’est également avéré indépendant de l’âge.
Cette petite étude montre que les anticorps antiphospholipides sont positifs dans un nombre substantiel de cas d’AVC ischémique d’étiologie indéterminée. Ce n’est pas pour autant que l’on peut alors conclure à un authentique syndrome des antiphospholipides. Le dosage constitue de fait une opportunité diagnostique à compléter avec des critères d’évaluation plus précis (tests de coagulation complémentaires notamment) et en prenant en compte les facteurs de risques associés. Néanmoins l'intérêt de leur recherche, en particulier en cas d'AVC cryptogénique semble probable.

Ref Yang et coll. : Current status and role of antiphospholipid antibody testing in cryptogenic stroke. Eur J Neurol., 2022 ;29(3):753760. doi.org/10.1111/ene.15191.

Archives Actualités scientifiques