La Société francophone du diabète (SFD) propose des changements concernant les objectifs glycémiques et la stratégie thérapeutique, en attendant la mise à jour des recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) datant de 2013. Cette prise de position tenant compte des dernières données scientifiques sur le sujet a été présentée lors de la 48ème édition du congrès annuel de la SFD, qui s’est déroulée à Nice, du 22 au 25 mars 2022.
Le contrôle de la glycémie reste central. Les objectifs d’hémoglobine glyquée (HbA1c), individualisés selon le profil du patient diabétique de type 2 (DT2), sont fixés avec lui dans le cadre de la décision médicale partagée (DMP). Il en va de même pour les stratégies thérapeutiques, qui reposent d’abord sur les modifications de son mode de vie (alimentation, perte de poids, activité physique) et sur le choix préférentiel de la metformine en première ligne.  
En ce qui concerne la biologie, les objectifs d’HbA1c sont désormais affinés et simplifiés.

Pour les patients âgés de moins de 75 ans sans comorbidité sévère associée, sans insuffisance rénale chronique sévère ou terminale et qui ont une espérance de vie d'au moins cinq ans, l’objectif cible d’HbA1c, classiquement de 7%, peut devenir plus ambitieux et viser une cible de 6,5% s’il est obtenu à l’aide de traitements ne provoquant pas d’hypoglycémie.

Pour les patients âgés de plus de 75 ans classés dans la catégorie fragile avec un état de santé intermédiaire et une espérance de vie plus limitée, la cible d’HbA1c à 8,5% pourrait être abaissée à 8%.

L'objectif n'est toutefois pas d'abaisser au maximum le taux d'HbA1c. En particulier pour les patients qui utilisent des traitements pouvant donner des hypoglycémies comme les sulfamides, le répaglinide ou l’insuline, il est important de prendre en compte ce risque hypoglycémique et de rester au-dessus de 7%. 
Les diabétologues intervenant insistent sue le fait que le changement de paradigme apparu ces dernières années avec l’introduction de la notion de stratégies adaptées au phénotype du patient et des traitements cardio- ou néphroprotecteurs en première ligne ne doit pas faire oublier d’intensifier le traitement si l’HbA1c n'est pas conforme aux objectifs. Il faut en parallèle lutter contre deux écueils. D'un côté, l'inertie clinique laissant des patients dériver avec des HbA1c médiocres et d'un autre côté, l’empilement thérapeutique n’étant pas utile voire délétère.

D’après les communications de : Prs Patrice Darmon, endocrinologue-diabétologue (Hôpital de la Conception, Marseille), et Bertrand Cariou, endocrinologue (CHU Nantes), lors du congrès annuel de la Société francophone du diabète (Nice, 22 - 25 mars 2022) 
Prise de position de la Société Francophone du Diabète (SFD) sur les stratégies d'utilisation des traitements anti-hyperglycémiants dans le diabète de type 2 – 2021

Archives Actualités scientifiques