Les hémorragies sévères du post-partum sont la principale cause de morbi-mortalité maternelle dans le monde. Les troubles de la coagulation héréditaires ou acquis sont largement impliqués dans leur pathogénie, mais des anomalies soudainesde l'hemostase primaire peuvent survenir de manière dramatique lors du post-partum, en particulier dans les pays où le suivi obstétrical n’est pas optimal.
La part des anomalies quantitatives ou qualitatives des plaquettes sanguine est du reste mal connue, alors que ces dernières s’avèrent fréquentes pendant la grossesse. Dans une étude rétrospective de type cas-témoins menée entre 2009 et 2017, la sévérité des hémorragies du post-partum était définie par des pertes sanguines ≥ 1 000 ml dans les 24 heures suivant l’accouchement. Les anomalies plaquettaires étaient évaluées au cours des 72 heures précédentes avec un groupe défini par l’existence de désordres plaquettaires et les témoins par leur absence. La comparaison intergroupe s’est faite avec des ajustement sur différents facteurs : âge maternel, grossesses multiples, macrosomie, déclenchement du travail, prééclampsie, hémolyse, élévation des enzymes hépatiques et syndromes thrombopéniques connus.
L’étude a porté sur 23 205 accouchements. Pour une parturiente sur dix environ (n = 2 402 ; 10,4 %), il existait une thrombopénie plus ou moins sévère attestée par une concentration plaquettaire < 150 × 109 /l). Dans 10,3 % des cas, sont survenues des hémorragies sévères du post-partum, contre 7,6 % en l’absence de thrombopénie, ce qui conduit à un Odds ratio ajusté ORa de 1,34 (sur-risque de 34%). En cas de concentration plaquettaire < 50 × 109/l, le risque s’est avéré plus élevé, avec un ORa de 2,24 (risque X 2.24). 
Par ailleurs, une augmentation de la distribution de la largeur des plaquettes ≥ 23 % (IDP, Indice de distribution des plaquettes) a conduit à un ORa particulièrement élevé de 6,05 [risque X 6], mais une telle anomalie n’a concerné que 22 patientes.
Cette étude rétrospective met en évidence une association entre les taux de plaquettes et le risque d’hémorragies sévères du post-partum, tout particulièrement quand ce dernier est < 50 × 109 /l. C’est ce signe biologique qui contribue le plus à l’évaluation du risque hémorragique dans les trois jours qui précèdent l’accouchement, l’utilité de l’évaluation de la largeur de la taille des plaquettes apparaissant plus marginale mais fortement prédictive chez les personnes concernées.
Ref : Wobke E M van Dijk et coll. : Platelet count and indices as postpartum hemorrhage risk factors: a retrospective cohort study. J Thromb Haemost. 2021;19(11):2873-2883. doi: 10.1111/jth.15481.

Archives Actualités scientifiques