La crise actuelle incite les chercheurs à identifier les facteurs de risque de décompensation chez les patients atteints de Covid19 afin d'optimiser leur prise en charge. Une étude rétrospective chinoise est informative à plusiers égards. Elle relate l’évolution clinique de 191 patients hospitalisés en terme de mortalité et de facteurs pronostiques. L’étude de cohorte en question qui est transversale et multicentrique a inclus tous les patients adultes (=18 ans) admis dans les hôpitaux de Jinyintan (n=135) et Wuhan (n=56) avec le diagnostic de Covid-19 confirmé par les tests biologiques (détection obligatoire de l’ARN viral par PCR), sortis de ces hôpitaux ou décédés avant le 31 janvier 2020. Les survivants et les patients décédés ont été comparés dans le but de déterminer les facteurs pronostiques en s’aidant d’analyses univariées et multivariées. Au total, 137 patients ont survécu et ont quitté les services hospitaliers, les 54 autres sont morts pendant l’hospitalisation.Une comorbidité a été identifiée chez 91 patients (48 %) : en tête, hypertension artérielle (30 %) devant LE diabète (19 %) et LA maladie coronarienne (15 %).Une analyse multivariée a révélé que le risque de décès était majoré par les facteurs suivants :

(1) âge avec un odds ratio (OR) de 1,10  / année supplémentaire
(2) score d’atteinte multiviscérale dit SOFA (Sequential Organ Failure Assessment)  
(3) taux plasmatiques de d-Dimères > 1 µg/l lors de l’admission (OR = 18,42).

Par ailleurs la durée médiane de l’excrétion virale chez les survivants a été estimée à 20 jours et la durée maximale était de 37 jours. Chez les patients décédés, le SARS-Cov2 a pu être détecté jusqu’au décès.
Cette étude chinoise qui porte sur près de 200 cas de Covid-19 hospitalisés attire donc l’attention sur trois variables pronostiques principales qui, dès le stade précoce de l’infection, font craindre une évolution péjorative : un âge élevé, un score SOFA et des D-dimères élevés (> 1000 ng/ml). Les 2 premiers étaient connus ou probables et révélés par l'examen clinique mais le taux de D-dimères devrait être également dosé pour la stratification du risque.

Par ailleurs, l’excrétion virale prolongée (médiane : 20 jours, maximale : 37 jours) incite à un isolement dont la durée est conditionnée par la négativation des tests biologiques constatée à deux reprises espacées de 24, voire 48 heures.


Ref : Fei Zhou et coll. : Clinical course and risk factors for mortality of adult in patients with COVID-19 in Wuhan, China: aretrospectivecohortstudy. Lancet 2020 : publication avancée en ligne le 9 mars. doi.org/10.1016/ S0140-6736(20)30566-3.