Laboratoire de biologie médicale multisites VIALLE

VERS UN DIAGNOSTIC PLUS PRÉCOCE DES SEPSIS AVEC LA PRÉSEPTINE ?

Envoyer Imprimer PDF

Les sepsis occasionnent plus de 20 000 décès annuels aux Etats-Unis, soit 1 à 2 % de l’ensemble des admissions hospitalières et 25 % des admissions en soins intensifs ou réanimation (USI). Leur pronostic est lié à la précocité du diagnostic lequel repose sur des biomarqueurs plus ou moins spécifiques, qu’il importe de différencier des biomarqueurs de l’inflammation de nature autre. Dans ce domaine la C-reactive protein (CRP) et la procalcitonine (PCT) sont les biomarqueurs préférés des cliniciens bien que 3 revues de la littérature indiquent que leur sensibilité et leur spécificité fluctuent largement lors du sepsis. De plus, leur cinétique est retardée de quelques heures par rapport au début du sepsis.

Le cluster soluble 14 ou préseptine est un fragment libre de glycoprotéine exprimé par les monocytes et les macrophages, qui peut être mesuré dans le sang et dont les valeurs sont corrélées avec la réponse immune aux lipopolysaccharides. En dépit de plusieurs études qui lui on été consacrées, son intérêt diagnostique dans le sepsis est débattu. Raison pour laquelle une revue systématique de la littérature a été menée afin de préciser son intérêt réel dans le diagnostic du sepsis chez l’adulte et de le comparer avec les mérites respectifs de la CRP et de la PCT.

Dix-huit études incluant 3 470 patients ont été retenues, toutes menées entre 2011 et 2017. Elles concernent au total 1 904 patients (54,88 %) admis aux Urgences, 783 (22,56 %) en USI et 783 (22,56 %) dans les deux types de services. Parmi les 1 338 patients inclus dans le groupe contrôle, 953 (71,23 %) étaient considérés comme non infectés (SIRS) et 385 (28,77 %) étaient des volontaires sains. Soit une proportion de patients septiques de 61,44 %.

La sensibilité et la spécificité de la préseptine dans le sepsis ont été respectivement de 0,84 (intervalle de confiance à 95 % [IC 95 %] 0,80–0,87) et de 0,76 (IC 95 % 0,67–0,82). De plus il n’y avait pas de différence significative entre la préseptine et la PCT (AUC 0,87vs. 0,86) et la CRP (AUC 0,85 vs. 0,85).

Néanmoins, les études menées en ICU ont montré que la sensibilité poolée de la préseptine était plus élevée que celle de la PCT (0,88, IC 95 % 0,82–0,92 vs. 0,75, IC 95 % 0,68–0,81) alors que sa spécificité poolée était moindre que celle de la PCT (0,58, IC 95 % 0,42–0,73 vs. 0,75, IC 95 % 0,65–0,83).

Ce travail à la méthodologie robuste démontre que la préseptine est un biomarqueur prometteur pour le diagnostic du sepsis, au même titre que PCT ou CRP, avec l’avantage d’une cinétique plus précoce (1 heure 30 avec un pic à la 3ème heure). C’est probablement en cas de suspicion de sepsis débutant, chez des patients fragiles pour lesquels une décision thérapeutique est urgente que son indication est la plus prometteuse. Ce constat en appelle toutefois à d’autres études en raison du faible nombre d’études disponibles et de leur forte hétérogénéité. Prudents, les auteurs recommandent une réévaluation de la préseptine au cours de l’évolution du sepsis.

Ref : Chin-Chieh Wu et coll. : Comparison of diagnostic accuracy in sepsis between presepsin, procalcitonin, and C-reactive protein: a systematic review and meta-analysis. Annals of Intensive Care 2017 ; 7:91. doi.org/10.1186/s13613-017-0316-z