Face à une bactériémie Gram négatif (BGN), la durée optimale du traitement antimicrobien reste imprécise. L’étude de cohorte rétrospective menée par AN Nelson et coll. a évalué l’efficacité des traitements courts (7-10 jours) versus longs (> 10 jours) dans les formes non compliquées de BGN. Les patients hospitalisés concernés par cette pathologie ont été recrutés au sein des Palmetto Health hospitals à Columbia (Caroline du Sud, États-Unis) entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2013. Une analyse multivariée des risques proportionnels selon le modèle de Cox, avec en plus un ajustement en fonction des scores de propension, a été utilisée pour estimer le risque d’échec thérapeutique dans les deux groupes.

Pendant la période de l’étude, 411 patients ont été inclus en raison d’une BGN non compliquée, parmi lesquels 117 ont reçu un traitement court (groupe 1) et 294 un traitement long (groupe 2). L’âge médian était de 67 ans et 258 participants (63 %) étaient des femmes. Dans la majorité des cas (n = 282 ; 69 %), l’origine de l’infection était urinaire et le germe le plus souvent en cause était Escherichia coli(n = 271 ; 66 %). La durée médiane du traitement antimicrobien a été de 8,5 jours dans le groupe 1 versus 13,3 jours dans l’autre groupe.

Après ajustement en fonction des scores de propension (choix d’un traitement bref), le risque d’échec thérapeutique a été plus élevé dans le groupe 1 (versus le groupe 2), le hazard ratio (HR) correspondant étant estimé à 2,60 (intervalle de confiance à 95 % [IC] : 1,20-5,53, p = 0,02). D’autres facteurs de risque ont été associés à l’échec du traitement : cirrhose hépatique (HR = 5,83, IC : 1,89-15,02, p=0,004) et déficit immunitaire (HR = 4,30, IC : 1,57-10,80, p = 0,006). A contrario, le risque d’échec thérapeutique a été réduit en cas d’antibiothérapie adaptée, administrée, soit par voie intraveineuse, soit par voie orale, à condition d’utiliser un antibiotique caractérisé par une haute biodisponibilité : dans ce cas, le HR a en effet été estimé à 0,33 (IC : 0,14-0,73, p = 0,006).

En conclusion, ces résultats confortent la stratégie thérapeutique courante qui, face à une BGN non compliquée, consiste à administrer une antibiothérapie pendant 2 semaines.

REF: Nelson AN et coll.: Optimal duration of antimicrobial therapy for uncomplicated Gram-negative bloodstream infections. Infection, 2017; 45: 613-620.